fbpx

Course du muguet – affreux mois de mai

DSC_5934_small

Il y a des jours où on ferait mieux de rester couché. A profiter du pont du 1er mai. Sous la couette. Au chaud. Plutôt que d’aller souffrir sous le déluge pour la course du quartier.

Le 1er mai, l’EACPA (Entente Agglomération Cergy-Pontoise Athlétisme), organise la traditionnelle Course de Muguet (1er mai, muguet, vous voyez le rapport) autour du bois de Cergy. L’an dernier, nous avions découvert trop tard l’existence de la course pour pouvoir participer. En 2015, cette fois, nous avions tout prévu. Enfin, nous le pensions.

Sauf que Ludo est forfait, sa périostite et l’osthéo lui interdisant de trotter. Déjà un premier signe. Ensuite, la météo pourrie. Deuxième signe. Et au moment du retrait des dossards, personne ne retrouve mon certificat médical. Troisième signe. Mais je suis myope alors j’ai raté les avertissements…

A l’abri dans le gymnase tout neuf des Maradas, enfin équipée, j’essaie de me motiver. J’aurais dû emmener des bottes et une combi de plongée plutôt qu’un short…

A 9h50, nous slalomons entre les gouttes pour rejoindre la ligne départ. Anticipant le désordre (pas de sas et plein de retardataires qui s’empilent les uns sur les autres, les seuls bien placés au final sont le malvoyant et son guide devant la grille), je me place dans la première moitié du peloton. Avec les coureurs des clubs qui ont l’air de savoir pourquoi ils sont là à se tremper le brushing. A 10h, nous nous élançons pour un 10 km natation désynchronisée.

DSC_5923_small  DSC_5928_smallLes fauves s’impatientent derrière la grille. Le speaker va donner le départ pour le handisport.

DSC_5929_small  DSC_5932_small  DSC_5934_smallUne photo remplie de médailles : le 646, Karim, finira 1 er au général et 1er des Seniors Hommes en 33’09. Le 1 684, Erwan, 2nd Vétéran 1 en 33’45. Tout à droite, le n°1143, Noreddine, montera sur la seconde marche du podium (et 1er Vétéran 1 en 33’21).

Le début de la fin

Ma montre n’arrive pas à accrocher le signal GPS. Tant pis, je pars à l’aventure en suivant le mouvement. Tout le monde part vite, très vite. Les 1130 coureurs se font sentir dans les passages plus étroits ainsi que les virages. ça joue des coudes, les plus rapides essaient péniblement de passer les néophytes qui ne savent pas quand on trottine, on se met à droite. Comme sur l’autoroute. Mention spéciale à l’abrutie qui a empêché un vétéran de la passer et l’a insulté quand il l’a fait. Je me cale derrière un groupe du club de Méry-sur-Oise, très réguliers dans leur foulée. J’aime bien le bleu, le bleu c’est zen. ça tombe bien, leur maillot est bleu et jaune. Tout va pour le mieux. S’il pouvait s’arrêter de pleuvoir, ce serait vraiment agréable mais, visiblement, ce n’est pas au programme.

Des photos de gens rapidesDSC_5936_smallLe podium de la course : le n° 1143, Noreddine, 2nd au général et 1er V1 en 33’21, au coude à coude avec le n°646, Karim, qui le doublera ensuite pour s’adjuger la victoire.

DSC_5947_smallLe n° 1505, Marvin, 1er Espoir Homme en 34’14. Derrière, les gens normaux qui finissent la première boucle 😉

DSC_5948_smallLe n°658 souffre mais termine en 34’24. J’ai la même tête mais pas le même chrono… Le n° 1 328 bouclera la course en 34’58.

DSC_5952_small

Le gros de la troupe derrière moi, je suis plus à l’aise. Enfin, si je fais abstraction de mon mollet gauche et de ma hanche, toujours douloureux depuis le marathon, je ne suis pas trop mal.  Je connais le parcours par cœur, c’est mon terrain d’entraînement après tout. Nous devons faire 2 boucles de 5km autour du bois de Cergy. Avec la pluie, des mares de boue barrent la route. Pendant le cross de Cergy ou l’entraînement, c’était drôle de sauter dedans comme un sale gosse. Là, tout le monde sautille pour éviter de se tremper les pieds (c’est drôle aussi) mais ça ralentit pas mal le rythme (c’est moins drôle). Au bout de quelques minutes, marre des entrechats de danseuses, nous affrontons dignement les flaques devant nous. Autant être trempé de la tête aux pieds !

Allo Ludo, bobo

Je sens que c’est trop rapide et lève un peu le pied. Hum, suivre les maillots bleus n’était pas une bonne idée. EUX, ils sont en forme. La sanction est immédiate : au Km5, gros point de côté qui m’oblige à m’arrêter pour reprendre mon souffle. Je crache mes poumons sous l’œil compatissant d’un bénévole avant de repartir à une allure misérable. Le mollet et la hanche raides, je sens que j’irai aussi vite en déambulateur.

DSC_5940_smallExplosion dans 3…2…1…

Mon mollet me rappelle à l’ordre dès que je tente d’allonger la foulée. Ok, tant pis pour le chrono, ce sera pour une autre fois. Ma montre décide enfin de se joindre à la course et m’informe que je suis autour de mon allure semi. Pas étonnant que je ne sois pas essouflée !

Encore des photos de gens plus rapides que moi

DSC_5983_smallLa 4ième Senior Femme, Pauline. 46’29.

DSC_5962_smallLe n°970 a le temps de vérifier son chrono : oui, oui, 42’41 et une belle 3ième place en V3M.

La fin du parcours approche, les spectateurs nous encouragent. Pour sauver l’honneur, je serre les dents et tente un sprint. 500m, 200m, je dépasse la coureuse devant moi et enfin, l’arrivée ! Je boitille jusqu’à un bénévole pour lui rendre ma puce et cherche l’Homme parmi les spectateurs. Il me retrouve et tente de me remonter le moral. Entre éclopés, on se réconforte.

DSC_5993_small DSC_5995_small DSC_5998_small

Dans le gymnase, une petite me tend un brin de muguet, c’est adorable. (D’un autre côté, c’est la Course du muguet, ils n’allaient pas offrir des tulipes.). Je récupère mon t-shirt et surprise, un lot de produits Clarins ! Même les garçons sont contents des cadeaux. Direction le ravito final pour oublier cette course catastrophique. La pluie se remet à tomber, il est temps pour nous de partir.

dtotation_smallUne dotation qui fait plaisir à tous

Les résultats tombent dans l’après-midi : 50’28. Je suis tristesse. Des séances de rattrapage s’imposent pour récupérer mon niveau d’avant le marathon (et l’auto-destruction de mes jambes).

Accessoirement, je me classe 462 sur 1130 et 19° Senior femme. La première finit en 39’47. Le mauvais temps a visiblement contrarié tout le monde.

Côté organisation, rien à redire, l’EACPA a l’habitude des manifestations sportives, tout est carré. Les bénévoles et les policiers municipaux ont bien banderolé le parcours, ils avaient un petit mot pour chacun, malgré la pluie et le froid. Les 2 boucles sont roulantes et le passage dans les prés des Maraîchers change du bitume (et quand il pleut, tu peux même faire du trail, du coup. Bonus). Une course sympa que je referai avec plaisir. Et un peu plus de préparation 🙂

saleLegging coloris boue, collection mai 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *