Adidas Boston Boost 6, parfaite marathonienne


Baptisée en l’honneur du mythique marathon américain, l’un des plus anciens de la discipline, ce modèle indique clairement ses domaines de prédilection : compétition et performance. Avec ces pur-sangs aux pieds, ça va aller vite, très vite. Mais sont-elles les marathoniennes idéales que la marque promet ?

Adidas en est à la sixième mouture de ce modèle, qui dispose lui aussi de la fameuse technologie boost. On est loin des 20 déclinaisons de la Mizuno Wave Rider ou des 34 de la Nike Pegasus. Malgré tout, sur les internets et dans les pelotons, j’avais déjà croisé pas mal de coureurs avec cette paire aux pieds. Selon eux, c’était LA chaussure parfaite pour briller sur la distance reine et pulvériser les chronos sur les compétitions plus courtes. C’était tentant d’aller vérifier si ces Adidas Boston Boost étaient aussi parfaites qu’on me le disait.

Alors, marathoniennes idéales, les Boston ?

Coup de foudre au premier regard

ça faisait un moment que je faisais les yeux doux au modèle bleu (automne-hiver 2016), donc quand mes Mizuno Wave Rider 19 ont commencé à me faire des ampoules et me bousiller le genou gauche en avril (après le marathon de Chantilly, heureusement), j’ai saisi l’occasion pour sauter sur les Boston. J’ai déjà les Adios pour les 10 km et la piste, j’ai déjà mes repères chez la marques aux trois bandes, donc.

Et dès la sortie de la boite : wow ! La Boston 6 est tout simplement magnifique. Son coloris bleu roi lui va à merveille, la semelle blanche ajoute une touche d’originalité et je n’ai aucune hésitation à l’utiliser dans la jungle urbaine. Streetwear ou sport, la Boston passe partout. À noter qu’elle est également disponible dans un coloris blanc-bleu-rouge très “patriotique”, orange, gris ainsi que le fameux blanc/orange qu’on croise déjà sur pas mal de courses (superbe mais très salissant).

A vu d’œil, les chaussures semblent légères, leur shape agressif indique qu’elle sont taillées pour la performance. Aux pieds, c’est simple, je ne les sens pas, elles se font complètement oublier. Hu hu, on est loin de mes Mizuno, bien plus enveloppantes. Par rapport aux Adios, la technologie Boost est plus présente, sur toute la longueur de la semelle qui est du coup, plus épaisse. La Boston serait donc plus confortable (d’un autre côté, les Adios sont des bouts de bois taillés pour les records, nerveux à souhait mais d’une raideur..!). La Boston paraît plus rassurante mais elle n’est clairement pas là pour ramasser des pâquerettes. Je ne suis pas sûre d’avoir le niveau pour l’emmener sur des sorties longues avec mon allure de tortue sans que ça tape trop… Pour me situer, je fais 47 minutes au 10 km, 1h44 sur semi et 3h51 sur marathon. Pas vraiment une flèche, je cours plutôt avec le gros du peloton (parce que c’est plus sympa d’être avec la troupe^^).

Taillées pour la compétition

Comme toutes les Adidas, le chaussant est étroit. Parfait pour moi, j’ai les pieds fins donc je suis bien tenue. La toebox est confortable, les orteils ont de la place pour bien se poser, pas de problème de ce côté. Le mesh étant très souple, il faut bien serrer les lacets pour éviter que le pied bouge trop sur les séances rapides (fractionnés ou tours de piste). Après quelques ajustements, je n’ai plus rencontré de soucis.

Avec 215 g pour les filles, moins de 250g en 42 pour les garçons, les Boston boxent dans la catégorie des compétitrices et effectivement, je retrouve les mêmes sensations que les Adios mais avec (un peu) plus de confort. C’est 15 g de moins que mes Mizuno, des grammes qu’Adidas a économisé du côté du mesh ultra respirant (comprendre : ultra fin et absolument pas étanche) et de la semelle. Hu hu, pas de fioriture ici, les Boston sont là pour vous faire exploser votre record sur marathon, pas pour accompagner Mamie à la boulangerie.


Sur des séances rapides de fractionnés ou à allure semi, les Boston se révèlent dynamiques et réactives. Les chaussures répondent présentes à chaque accélération, aucune sensation de mollesse ou d’enfoncement. L’héritage des Adios est bien présent, avec cependant plus d’amorti. Un vrai plaisir ! La semelle Continental est sans doute pour beaucoup dans la stabilité. Pas de glissade à déplorer, que ce soit sur route humide ou chemins un peu boueux (contrairement à mes Wave Rider qui m’ont toujours fait des frayeurs à la moindre goutte). L’adhérence n’a jamais été prise en défaut, c’est très rassurant de courir avec une paire dont on est sûr, sans avoir à redouter le dérapage à chaque virage/plaque d’égout/passage piéton qu’on croise.

Le chaussant très fin laisse respirer le pied, un bon point pour un modèle destiné au marathon et aux efforts longs. Pas de risque de chauffe de ce côté-là, les petons restent au frais durant toute la sortie. Inconvénient : quand il fait frais, on se pèle vite les orteils. C’est le prix à payer pour la légèreté : le tissu s’amincit. A voir si un mesh aussi fin a une longue durée de vie…

Sur des footings de récupération ou des séances à allure marathon, j’ai trouvé les Boston plus exigeantes que mes Wave Rider. Comme les Adios, je trouve qu’elles requièrent un temps d’adaptation avant de les maîtriser. De plus, les Adidas Boston Boost demandent un minimum de vitesse pour s’exprimer correctement là où mes Mizuno étaient d’une polyvalence très appréciable.

Avoir une foulée légère me semble être aussi un pré-requis pour éviter de souffrir avec cette paire car si le talon est plus renforcé que sur les Adios, l’amorti reste tout de même réduit par rapport à des marathoniennes classiques, comme les Nimbus ou mes Wave Rider qui sont de vraies pantoufles.

Pour résumé

Je ne suis pas sûre que les Boston conviennent à ceux qui envisagent un marathon en 4h, voire plus. La Boston n’offre pas assez d’amorti pour un effort aussi long, à mon avis. Je sais que ma foulée se dégrade au fil de l’effort, que je finis par talonner un peu lourdement en fin de course donc pour le moment, j’hésite à l’emmener avec moi pendant 3h50. Les différens sites consultés recommandent d’ailleurs la Boston pour les coureurs réalisant moins de 3h30 sur marathon (bah, juste 20 minutes que mon temps, une paille ^^). Cependant, comme je suis très à l’aise avec ces chaussures, je vais continuer à les porter sur mes sorties longues et voir comment mon ressenti évolue.

Par contre, pour des entraînements intenses ou des compétitions sur 10km et semi, pas d’hésitation, cette paire permet de se faire bien plaisir !

Au-delà de ces quelques considérations mitigées, la Boston 6 d’Adidas tient assurément toutes ses promesses : si vous cherchez une chaussure pour casser vos chronos, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Bien sûr, cela n’est que mon avis personnel, certains vont trouver les Boston trop pataudes pour un marathon et d’autres tellement confortables qu’ils les prendront pour un 100 km (véridique, si si).

Les Adidas Adizero Boston sont disponibles sur I-run à 140€ et mon modèles bleu est toujours en vente sur Wiggle à 74€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *